du Manoir Saint Adrien

du Manoir Saint Adrien

Fox Terrier Poil lisse

L'histoire du Fox

L'histoire du Fox


Le Fox-Terrier est originaire de Grande Bretagne.


C'est vers 1810 que des éleveurs anglais sélectionnent, pour la chasse à courre le renard, les meilleurs spécimens en faisant reproduire pour fixer la race trois de ses plus beaux représentants. Il est donc certain que tout Fox-Terrier de qualité descend d' "OLD JOCK" "OLD TOP" ou "TARTAR".


Le Fox-Terrier club est fondé en 1876, et le standard du Fox-Terrier à poil dur ainsi que le Fox-Terrier à poil lisse sont établis la même année.


Au début du siècle, la duchesse de Newcastle développe dans son chenil de Notts le type du Fox-Terrier à poil dur tel qu'il est aujourd'hui.


 En 1920, après une période de déclin et grâce aux dessins de Paul Rab,
créateur des célèbres Ric et Rac (Fox blanc et Scottish-Terrier noir), le Fox-Terrier connait un immense succès tant en Amérique qu'en France.


GAI. Ces trois lettres résument parfaitement le tempérament de Fox-Terrier. Ce chien très éveillé, dynamique à l'extrême est un mélange de nervosité et de courage extraordinaire, de nombreux qualificatifs peuvent aussi être associés à ce gentleman :  bondissant, arrogant, élégant, déroutant, téméraire, cabochard, tel est le Fox-Terrier.


Son oeil pétillant laisse voir un caractère de feu et une intelligence hors pair. Ce chien, qui a un petit corps musclé, est un vrai compagnon pour les enfants. Le Fox-Terrier a besoin d'une relation d'amitié avec son maître, amitié à base de complicité comme celle qui liait Tintin à Milou.


Mais cette amitié ne doit pas faire oublier que ce chien possède un caractère fort, qu'il est très têtu et tenace et qu'il nécessite, par expérience, d'avoir un maître qui sache se faire respecter. Tout l'art est de savoir mêler cette complicité et cette autorité.


Une main de fer dans un gant de velours. Ce chien est aussi un excellent chasseur et n'hésite en aucun cas à s'élancer ou à creuser à la recherche d'une proie. Il ne reculera jamais à la poursuite d'un renard, d'un blaireau et même l'imposant sanglier ne le fera pas abandonner.


Que vous le fassiez vivre à la campagne, ou qu'il soit votre chien de compagnie, laissez lui un maximum de liberté.
L'attacher ou l'enfermer serait le condamner à devenir un chien triste, lui si gai.